Les luminaires dimmables ont été initialement conçus pour répondre au désir de plus
de confort. Aujourd’hui, en plus de cela, des raisons d’économie d’énergie jouent un
rôle croissant à l’égard de la dimming. Même pour les sources d’énergie faibles, tels
que les LED.
Les LED peuvent être dimmées en utilisant une alimentation à intensité réglable. Par
conséquent toutes les LED sont à intensité réglable.
Sachant que le dimming devrait se faire de manière harmonieuse, idéalement de 0-
100% et sans scintillement, plusieurs solutions sont disponibles sur le marché.
Toutes les LED dimmables sont basées sur PWM (Pulse With Modulation) dimming.
Toutefois, il s’agit de la méthode de commande de l’alimentation à intensité réglable
qui fait la différence entre les types disponibles.
 

Les types les plus courants sont :

 

1) Dimming par bouton-poussoir (PUSH-DIM) :

L’alimentation du luminaire est commandée par un contact externe (bouton-poussoir)
Positif :
– faible coût d’installation : bouton-poussoir
– dimmable parfaite dans la plage de 0-100%
Négatif :
– besoin de deux fils de commande supplémentaires
– aucun préréglage de scènes possibles lors de l’utilisation domotique
– problèmes de synchronisation lorsque le nombre d’alimentations est
supérieur à 5 et contrôlé par un seul bouton-poussoir.
– lors de l’utilisation de plus de 5 pilotes/appareils, un câble de synchronisation
est nécessaire , dans ce cas, les alimentations doivent être placées à
proximité les uns des autres.
 

2) 1 -10V :

L’alimentation est commandée par un signal externe compris entre 1 et 10V-DC ou
un potentiomètre (100K linéaire).
Positif :
– considérée comme une méthode de variation professionnelle
– dimming parfait dans la plage de 0-100%
– préréglage de scènes lors de l’utilisation domotique
Négatif :
– besoin de deux fils de commande supplémentaires
– un nombre limité de sources d’alimentation lors de l’utilisation
potentiomètre
– nécessité d’ interrupteur supplémentaire on / off
 
 

3) Dali :

 

L’alimentation électrique du luminaire est commandée par un signal Dali (Interface de lumière
adressable numérique) .

Contrairement à la commande 1-10V, chaque unité de LED peut être contrôlée
individuellement avec le Dali. Par conséquent l’intégration dans les systèmes
d’automatisation est simple. L’adressage individuel fournit non seulement le contrôle
des dispositifs, mais peut aussi fournir les données de rétroaction telles que les
heures de fonctionnement, le nombre de circuits … afin de répondre à la flexibilité de
fonctionnement.

Positif :
– doit être considéré comme un système de dimming professionnel
– dimmable parfaitement dans une gamme de 0-100%
– préréglage de scènes possible lors de l’utilisation domotique

Négatif :
– besoin de 2 fils de contrôle supplémentaire (système de bus)

 
 

4) Coupure de phase (TRIAC DIMM – Trailing-Leading edge) :

Ici, un variateur à coupure de phase externe (type dimmer NIKO ou TRUMP) est installé entre l’interrupteur et l’appareil d’éclairage, sur le côté
primaire de l’alimentation de LED.

Ce type de de dimming est principalement utilisée pour les ampoules LED

Positif :
– fils de commande supplémentaires ne sont pas nécessaires
– applicable dans les installations existantes

Négatif :
– dimming limité entre 30-100 % (en fonction du type de variateur à
coupure de phase)
– variation de scintillement minimum peut se produire ( selon le type à
coupure de phase)
– certains modèles disponibles sont totalement inadaptés aux LED
– la puissance maximale des projecteurs à LED (= Puissance Système:
puissance de LED + puissance de l’alimentation) ne doit pas dépasser
1/5 de la puissance maximale indiquée sur le variateur
– Maximum 10 appareils peuvent être connecté à un variateur

 

Le choix dépendra du système disponible dans le bâtiment. Cependant, les différents
systèmes ont des avantages et des inconvénients en ce qui concerne leur utilisation
et leur fonctionnalité.

 
Top